Le Paddock Paradise des Musards

Si la plupart des chevaux ont un habitat “classique” en pâture ou paddock, à la maison nos chevaux profitent d’un paddock paradise. Le terme est en vogue, mais c’est surtout un concept qu’on a totalement adopté pour le confort de vie de nos gros et le nôtre : d’un espace compliqué pour héberger deux chevaux, on est passé à un(…)

L’appel du large

Prendre le large. Déguerpir, tailler la route, faire son petit bonhomme de chemin, divaguer. Prendre ses cliques et ses claques, se faire la malle, explorer, plier bagage. Se faire la belle, la fleur au fusil, mettre les voiles. Musarder. Certes, Simbad est un sacré numéro et la lenteur de son pas me met plus souvent en boule qu’elle ne me(…)

Simbad, 100% confiance

La confiance entre chevaux et cavaliers, beaucoup en parlent, beaucoup en rêvent… mais concrètement, cette confiance prend une signification très différente selon les couples ! Pour certains, ce sera le mental guerrier sur un terrain de cross, l’impression d’être un-e centaure, pour d’autres ce sera à pied, et le sentiment de ne faire qu’un avec son cheval, le voir bouger(…)

Photos : l’interminable hiver

Je n’ose même plus regarder les photos de l’hiver dernier…Je me souviens de la plage gelée, sous le soleil ; d’amener les chevaux par la côte et les falaises, entre les champs, au petit galop ; de balades bien emmitouflés dans nos manteaux chauds, avec leur poil de mammouth, les yeux plissés sous le ciel bleu d’hiver. Il avait tant gelé ! Cette année il n’y a que de l’eau, de l’eau, encore de l’eau : de la boue qui glisse sous les sabots. De la pluie, du vent, de la grêle. Et ça recommence. Le soeil nous fuit, ou nous darde un rayon triste juste avant de se coucher derrière la ligne d’horizon. Interminable hiver…

Difficile de bosser, difficile de balader. Alors entre deux averses, on se fait un peu beau, pour quelques photos. L’hiver ne nous aura pas.

Photos : @Moeity_
Bijou de bride : @nordicespagnola

Travail à pied & monté : un stage avec Lañs Nevez

Je crois au déclic et à la bonne personne au bon moment. Depuis que j’ai mes chevaux, c’est peut-être la chose la plus importante qu’ils m’aient appris, d’ailleurs : rester ouverte aux opportunités, à une autre vision, à un autre discours. Et grâce à eux, j’ai aussi pu rencontrer des gens qui m’ont apporté quelque chose, dans tous les domaines.(…)